dimanche 18 octobre 2015

Projet Terres bio de Rivières


Projet Terres bio de Rivières (gardarem la terramaire, nous garderons la terre nourricière) : conserver 3 hectares cultivés en bio de manière pérenne et hors spéculation.


Historique

Christophe S. possédait 7 ha de terres à Rivières (81600) dont 2ha en verger bio, le reste en céréales . Pour des raisons personnelles, il arrête son exploitation mi-2014 et veut vendre ses terres. Il les propose à son voisin immédiat Patrick P. arboriculteur bio aussi, qui se porte acquéreur. Mais la SAFER locale (SAFALT) préempte pour installer un maïsiculteur ( agriculture conventionnelle et extension de surface).



Le réseau des AMAP du Tarn réagit, médiatise proteste et obtient dans un premier temps que le verger planté soit attribué à Patrick P., puis que la parcelle intermédiaire entre les deux exploitations le soit aussi.

Restent 3 ha entre la route et le verger que la SAFALT tenait à revendre au maïsiculteur, lequel s'est finalement désisté.

La SAFALT rencontre alors la communauté de communes de Tarn et Dadou (CCTD), initiatrice de l'implantation de l'Espace Test agricole, "L'essor maraicher" à Mas de Rest. L'Essor Maraîcher est un dispositif de pré-installation,pour des maraîchers bio. La CCTD donne son accord pour "geler" ces 3 ha en payant les frais financiers du prêt contracté par la SAFER, et signe avec elle une convention stipulant que toute terre agricole sur son territoire, susceptible d'être vendue, lui soit signalée. L'idée étant qu'un-e- de ses maraîchers en "couveuse" pourrait être intéressé-e- par la transaction.

Le réseau des AMAP du Tarn souhaite que ces 3 ha soient cultivés en bio de manière pérenne, et qu'ils restent hors d'atteinte d'une spéculation. Un rachat par la foncière Terre de Liens, soutenue par une campagne active de dons auprès du réseau de militants et associations amies aurait parfaitement répondu à son attente. Malheureusement Terres De Liens a décidé d'arrêter pour l'instant les achats en Midi Pyrénées, pour se consacrer au fonctionnement des fermes déjà rachetées.

Le point à ce jour



  1. La communauté de communes de Tarn et Dadou, prend en charge les frais d'accompagnement par le salarié de Terres de Liens MP, pour coordonner globalement le projet d'installer un maraîcher sur ces terres.C'est elle qui impulse les réunions pour mettre autour de la table tous les acteurs ( elle même, la SAFALT, la chambre d'agriculture, l'ADEAR du Tarn, l'espace test agricole "L'essor Maraîcher"le réseau des AMAP du Tarn et Terre de Liens). Elle prend aussi en charge la construction d'un puits sur le terrain
  2. Le réseau des AMAP du Tarn prend en charge la création d'une structure adéquate destinée à recueillir des fonds pour une acquisition collective de ces terres (25000 € avec les frais de notaire). Il est accompagné par Terre de Liens .
  3. L'essor maraîcher dispose d'une autorisation provisoire et précaire d'entretenir et de cultiver ces 3 ha
  4. Un maraîcher Jonathan L. en deuxième année de couveuse, est intéressé par une installation en fermage. Il prépare et chiffre le financement nécessaire hors foncier (bâtiment agricole, réseaux, serres, matériel agricole) et fait la part de ses apports personnels et Dotation Jeunes Agriculteurs ainsi que du reste à emprunter (prêt bancaire et/ou solidaire). Il décrira aussi son projet de Jardin Pédagogique 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire